Group

Journées de la culture

Ambassadeurs

Une édition portée par un duo en or

La pétillante Marie-Soleil Dion, comédienne et improvisatrice hors pair, et l’écrivain Dany Laferrière de l’Académie française, à l’imagination fertile et au verbe inépuisable, sont les ambassadeurs de cette 23e édition des Journées de la culture. Ça promet!


Marie-Soleil Dion

Dès sa sortie du Conservatoire de Québec en 2007 , la carrière de Marie-Soleil Dion est propulsée alors qu’elle décroche le rôle de Cathou dans la très populaire série jeunesse Vrak la vie. Une série qui sera en onde pendant six ans, ce qui ne l’empêche pas de visiter plusieurs  plateaux durant ces mêmes années. Dieu merci, Subito Texto, Quart de vie et la Théorie du KO en sont quelques exemples. En 2015. elle prend part à la série Like-moi qui remporte un succès instantané sur les ondes de Télé-Québec. Elle touche, cette même année, à l’animation avec Lip Sync Battle puis en 2018 Ne jamais faire à la maison et On joue au Docteur.

Le jeu demeure cependant son premier encrage et durant cette même période, elle prend part à plusieurs séries dont Les bogues de la vie, L’échappée, Ça décolle, En Famille et Papa.

Elle ne délaisse pas moins la scène et l’improvisation pour autant, deux domaines qu’elle affectionne particulièrement et où elle performe avec brio. Elle participe à des dizaines de pièces théâtrales dont Coco, Ventre et En dessous de vos corps (…), abordant autant l’absurde et l’humour que le drame.

Vous pourrez bientôt la revoir sur les ondes de V à la barre de l’émission Ne jamais faire à la maison au côté de Jonathan Roberge ainsi qu’à Canal Vie avec Couple en Chantier.


Dany Laferrière

Écrivain, journaliste et chroniqueur, Dany Laferrière a grandi dans le petit village de Petit-Goâve. À Haïti, il écrivait dans Le Petit Samedi soir et travaillait à Radio-Haïti Inter. Sa vie étant menacée, il a immigré au Québec en 1976. Neuf ans plus tard, son premier roman, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, a eu l’effet d’une bombe dans le paysage littéraire québécois.

Dany Laferrière est maintes fois récompensés au cours de sa carrière : le prix Carbet de la Caraïbe pour son roman L’Odeur du café en 1991, le Prix Edgar-Lespérance en 1993 pour Le Goût des jeunes filles, le prix Carbet des lycéens pour Le Cri des oiseaux fous en 2000, le prix du Gouverneur général, catégorie littérature jeunesse, pour Je suis fou de Vava en 2006, pour ne nommer que ceux-là. En 2010, il se mérite le Grand Prix Bleu Métropolis pour l’ensemble de sa carrière et le prix des Libraires du Québec, pour L’énigme du retour.

Le 12 décembre 2013, il est élu au premier tour de scrutin au fauteuil no. 2 de l’Académie française, devenant le premier auteur du Canada (et plus précisément du Québec) et d’Haïti à y siéger.