Group

[PORTRAIT] Entrevue avec Valérie Dostaler – Choriste et membre du conseil d’administration de l’Alliance chorale du Québec

Afin de respecter les nouvelles règles émises par la Santé publique, nous sommes dans l’obligation de retirer de notre programmation les activités se déroulant en présence dans les régions en « zone rouge ». Les activités en ligne sont maintenues. Dans les autres régions, nous vous recommandons de vérifier les détails avant de vous déplacer: des changements ou annulations hors de notre contrôle sont possibles.

À tous les organisateurs et organisatrices des Journées de la culture situés dans une zone rouge, nous sommes conscients et reconnaissants de tout votre travail et des efforts que vous avez déployés pour rendre possible cette 24e édition. Nous tenons à vous réitérer notre soutien et notre solidarité. Du fond du cœur, merci.

Le rôle du bénévole en loisir culturel est primordial pour la réussite de ces activités. Voici une entrevue avec une administratrice de deux conseils d’administration en chant choral. Pratiquant elle-même ce loisir culturel, Madame Valérie Dostaler sait bien se positionner en tant que bénévole afin de faire avancer cette pratique de plus en plus loin.


Entretien avec Valérie Dostaler –  Choriste, membre du conseil d’administration de l’Alliance chorale du Québec et secrétaire du conseil d’administration du Chœur enharmonique de Montréal.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots.

Je me nomme Valérie Dostaler, j’ai 58 ans, j’ai fait des études multidisciplinaires en arts à l’Université Concordia et je travaille à l’Université de Montréal, à la gestion des dossiers étudiants du Département de sociologie. J’ai surtout le bonheur de chanter dans trois chorales différentes.

Quel est votre lien avec Alliance Chorale du Québec?

Je suis membre du conseil d’administration (CA) de l’Alliance depuis près d’un an. Je suis aussi secrétaire du CA du Chœur enharmonique de Montréal pour la 3e année. J’ai choisi de siéger au CA de l’Alliance parce que je suis mordue de chant choral et que j’aime m’impliquer dans ce qui me passionne. Il m’apparait important qu’une organisation comme l’Alliance puisse compter sur un conseil aussi dynamique que possible.

©Alliance chorale du Québec

Quelles sont vos principales responsabilités et tâches liées à cette implication?

Je fais partie des administrateurs. Nous veillons à la réalisation de la mission de l’Alliance. Nous devons participer aux réunions du Conseil où nous sommes appelés à se prononcer sur certains enjeux tels que le budget, les activités passées, courantes et à venir. Nous participons à la planification stratégique et pouvons être appelés à représenter l’Alliance lors d’évènements. Nous sommes en outre responsables d’assurer sa santé financière et de veiller à sa saine gouvernance.

J’ai aussi eu l’occasion de faire partie d’un comité spécial « plan de relance » au printemps 2020, afin de réfléchir à ce dont nos chœurs pourraient avoir besoin à l’automne; réfléchir à des outils qui permettraient aux chœurs d’entretenir le lien avec leurs choristes pendant le confinement, voir si on risque d’avoir une baisse du membership par manque de fonds de nos chœurs à cause de la pandémie, etc. C’était très stimulant, en tant que choriste, de côtoyer ces chefs, d’échanger nos expériences diverses et de partager nos idées. J’ai aussi fait partie du comité de recrutement en vue des élections qui auront lieu à l’assemblée annuelle. Chaque année, certains postes d’administrateurs se libèrent et l’Alliance fait un appel de candidatures.

Pouvez-vous nous expliquer brièvement les fonctions essentielles du CA? Que représente-t-il par rapport aux différents chœurs membres?

La mission de l’Alliance est de promouvoir l’éducation dans le domaine de la musique chorale auprès des adeptes et des non-initiés, de promouvoir l’excellence dans le domaine de la musique chorale des adeptes et du public, et de contribuer à l’appréciation de la musique chorale par le public. Elle offre divers services aux chœurs membres, tels qu’un tarif d’assurance privilégié, une boutique où ils peuvent se procurer une assez grande variété de partitions à un prix abordable ainsi que des articles utiles aux choristes ou aux chefs. Elle offre également une visibilité dans son site internet et de l’aide au recrutement, et une multitude de documents et de renseignements utiles. Elle produit aussi des webinaires pour les choristes, les chefs et même les administrateurs de conseils d’administration. Bref, l’Alliance se met au service des chœurs, des choristes et du chant choral.

D’où est née cette passion pour le chant?

J’ai toujours aimé chanter et j’ai fait du chant, entre autres, pendant mes études universitaires, mais j’ai commencé à chanter dans une chorale seulement à 53 ans. Je me demande encore comment il se fait que je n’aie pas eu l’idée de commencer plus tôt. Quand j’étais jeune, ma mère chantait dans des chorales, mes quatre enfants ont fait partie de chorales, et j’adorais aller les écouter, mais il ne me venait pas à l’idée que je pourrais le faire aussi. Je chante maintenant dans trois chœurs assez différents. J’ai d’abord commencé dans ChorUM, la chorale communautaire de l’Université de Montréal; une heure par semaine sur mon lieu de travail, c’était idéal. Les choristes sont de niveau très varié (de débutants à plutôt avancés) et le répertoire va du classique au populaire, en passant par le folklore d’ici et d’ailleurs. C’est là que j’ai attrapé la piqure! Une amie m’a ensuite invitée à joindre le Chœur enharmonique de Montréal, qui présentait cette année-là un répertoire tout en italien, langue que je parle et que j’aime chanter. L’année suivante, Enharmonique présentait un concert d’extraits de requiems, ce qui m’a permis de me familiariser avec ce répertoire que je connaissais assez peu. Puis, on m’a invitée à me joindre aux Filles de l’Île, l’an dernier, pour chanter le Messie de Haendel avec l’Orchestre classique de Montréal. J’ai tellement aimé cette nouvelle formule de chœur de femmes que j’ai décidé de le joindre pour de bon. De niveau avancé, il me demande pas mal plus de travail que les deux autres. Comme ce sont trois expériences totalement différentes, j’aime bien pouvoir chanter dans ces trois chœurs.

En tant que choriste, avez-vous une spécialisation? Un genre musical de prédilection?

Je pense pouvoir affirmer que j’aime tout chanter, mais je ne peux pas nier que les œuvres classiques représentent souvent de plus grands défis et me font vivre une plus grande euphorie. Parce que chanter dans un chœur c’est vraiment euphorisant!

Si une personne souhaite intégrer une chorale, quels conseils lui donneriez-vous?

Je pense que le mieux est de voir sur le site de l’Alliance chorale du Québec, dans l’onglet destiné aux choristes, à trouver un cœur, qui donne accès à l’annuaire des membres de l’Alliance. On peut faire une recherche selon divers critères, jour de répétition, niveau, âge moyen des choristes, lieu des répétitions, répertoire, etc. Lorsque les chœurs ont un site internet, on y a accès ; ces sites permettent habituellement d’écouter des extraits de concert, de visionner des vidéos, de voir des photos des choristes, etc. C’est un moyen facile et efficace de trouver un chœur qui réponde à nos attentes.


Nous espérons que cette entrevue vous a donné envie d’en savoir plus sur le monde des chorales, au sein des loisirs culturels. Un grand merci à Valérie Dostaler d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

Le loisir culturel, l’art de s’amuser! #loisirculturel