Group

[PORTRAIT] Entrevue avec Guylaine Rivard – Directrice artistique

Afin de respecter les nouvelles règles émises par la Santé publique, nous sommes dans l’obligation de retirer de notre programmation les activités se déroulant en présence dans les régions en « zone rouge ». Les activités en ligne sont maintenues. Dans les autres régions, nous vous recommandons de vérifier les détails avant de vous déplacer: des changements ou annulations hors de notre contrôle sont possibles.

À tous les organisateurs et organisatrices des Journées de la culture situés dans une zone rouge, nous sommes conscients et reconnaissants de tout votre travail et des efforts que vous avez déployés pour rendre possible cette 24e édition. Nous tenons à vous réitérer notre soutien et notre solidarité. Du fond du cœur, merci.

©Alexandre Girard

Entretien avec Guylaine Rivard – Directrice artistique du Théâtre CRI

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots?

Je compte 35 ans de pratique et dirige le Théâtre CRI, à Saguenay, depuis 1997.

Quel est le parcours qui vous a mené à ce poste?

Une quête personnelle qui m’a menée à sortir d’une période sombre. Cette recherche d’identité m’a fait reconnaitre mes forces, ma sensibilité pour les arts, à évoluer en me consacrant à une véritable passion : le théâtre. Ce cheminement m’a permis de m’enraciner et de fonder un lieu destiné à la recherche et au perfectionnement de la pratique théâtrale.

Quelle partie de votre travail préférez-vous?

L’expérimentation en collectivité et le travail de création.

 

Quelle place prend la création au Théâtre CRI?

La création prend chez nous une place cruciale motivée par la nécessité de créer, nécessité de découvrir, nécessité de se dépasser et nécessité de rencontrer le public.

 Comment se déroule une journée de représentation?

La plupart du temps, mes journées de représentation se constituent d’une quantité de tâches organisationnelles et pratiques. J’essaie toujours de me garder un temps pour me recentrer.

 

Quelles sont les étapes de production d’une pièce théâtrale?

Il faut d’abord avoir le déclic, ce qui fait qu’on a envie de développer ou de défendre une idée, depuis lequel on développe sommairement un concept. Vient ensuite la planification et le développement organisationnel du projet. Le reste vient de façon plutôt informelle et intuitive. Il y a l’écriture dramatique et scénique, la rencontre avec les créateurs pour discuter de la ligne artistique, les expérimentations et les échanges, la conception spatiale et esthétique. En parallèle, il y a le travail d’acteur, le développement de la mise en scène et la mise en scène. Suivent les nombreuses répétitions qui permettent une certaine épuration et consolidation. Enfin, la rencontre avec les spectateurs.

Pourquoi avoir choisi le théâtre? Quel est votre rapport à la discipline?

Je ne l’ai pas choisi, je suis allé vers le théâtre instinctivement.

 

Qu’est-ce que vous souhaitez transmettre à votre public?

Je souhaite avant tout transmettre des idées et faire découvrir de multiples possibilités.

Quel est, selon vous, l’avenir de la discipline théâtrale? Ses enjeux?

Je vois l’avenir du théâtre en perpétuelle évolution, enrichi par les innombrables réalités interculturelles, numériques, écologiques, économiques, politique, esthétiques et sanitaires. Les enjeux résident dans l’environnement, la relève et le développement de public.


Nous espérons que cette entrevue vous a donné envie d’en savoir plus sur le métier de directeur·trice artistique au théâtre. Un grand merci à Guylaine Rivard d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.